JULIETTE BOUTILLIER

JULIETTE BOUTILLIER

2010 La petite musique de la baraque/ Scam Brouillon d'un rêve/ RTB


P1050384.JPG



Extrait d'un texte de Jean-Pierre Verheggen lu par Jacques Bonnafé)

 

Refusez de manger vos frites dans un plat. Refusez toute assiette où les mettre. Refusez tout récipient entre fresbee et plastique Bertrand. Refusez toute barquette ou pire: toute mitraillette. Refusez même carrément tout sachet (à la limite préférez-leur deux feuilles de papier blanc comme dans les kermesses d'antan). Refusez ces sachets non absorbants et qui se déchiquettent. Qui vous maculent de graisse quand ce n'est pas de mayonnaise. Cessez d'être sachet-masochistes. On peut changer de genre érotique tout en restant cônique! Devenez un véritable mangeur de frites en rue (j'allais écrire en rut compte tenu de ce que jeviens de dire) Bref! exigez des cornets en forme de vrai couvre-chef de religieuses à cornettes. Exigez des cervelas rouges qui soient de vraies quèquettes de peaux-rouges! Des oignons blancs confits dans le seul vinaigre blanc. Exigez des frites qui ne soient pas trop rousses, toutes roussettes, quasi cramoisiesou tout à fait refroidies! Exigez des saisies juste à la croquette et qui servies bouillantesnous font causer flamand quand on les mange! Oui! Exigez des frites bûbûles à soufflettes,comme on en redemande depuis notre plus tendre enfance! Exigez 

 

 Ce documentaire a la forme d’ un « cheap road movie  au pays de la frite », un voyage poétique au-delà des frontières entre paroles dérisoires et sensations plus charnelles, entre nostalgies et réalités contemporaines, à travers  bruits de piécettes et accords de synthétiseurs de bal musettes.

 

Mes documentaires - de manière plus ou moins consciente - collectent les restes, les paroles oubliées, les bouts fugitifs, les traces d’une réalité fuyante. En tant que documentaristes, nous travaillons beaucoup autour de la perte. Je suis touchée par tout ce qui nous traverse avec fracas dans l’instant et qui va disparaître.

 

Ici, nous avons tenté un « road movie au pays de la frite ».

Du nord de la France jusqu’en Belgique, notre « trio » réduit à sa plus simple expression (une preneuse de son et deux réalisatrices) - est allé à la rencontre de tenanciers et de clients de « baraques à frites ».

 

Ainsi, par deux fois (la première aux alentours de la Saint Valentin et la deuxième, en plein milieu de juillet), nous sommes allées récupérer des instantanés de ces Frietkot en voie d’extinction…De baraques en caravanes, de bus en roulottes, nous avons récolté les témoignages, les bruits de fritures, les conversations anodines et leurs ambiances populaires…

 

La première partie chatoyante fait entendre la richesse de la diversité des langues selon les régions traversées, la deuxième, plus nostalgique s’arrête à Bruxelles et convoque les souvenirs d’amis belges évoquant le pays de l’enfance, leur fréquentation de la baraque,..

 

Une partie  plus "fictive" - constituée de textes, écrits par un auteur typiquement belge, Jean-Pierre Verheggen et interprétée par un acteur « du nord », Jacques Bonnaffé figure aussi, mêlée aux paroles récoltées et aux portraits forts de « baraqueux ».

 

J'ai voulu inscrire ces « restaurants de nos enfances » dans la mémoire collective et nous arrêter un instant sur ces lieux fragiles, avant que l’on ne les remarque que parce qu’ils ont disparu.

 

 

Réalisation : Juliette Boutillier et Maria-Grazia Noce

Prises de son : Anne-Sophie Papillon

Montage et mixage : Brice Cannavo

Producteurs: FACR, Scam (Brouillon d’un rêve), Shop Bag Théâtre, Crayon Libre.

Diffusion Radio Panik, RTBF (émission Par Ouie dire, Pascale Tison).

 

Pour écouter en podcast cast, c'est ici :

 

https://www.mixcloud.com/Julietteb/la-petite-musique-de-la-baraque/

 



15/03/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres