JULIETTE BOUTILLIER

JULIETTE BOUTILLIER

2014 Une adolescence amoureuse / Sur les docks France-Culture

IMG_0984.jpg

 

 

Il était une fois, sept petits êtres candides : Balthazar, Margot, Marguerite, Nina, Paloma,Vasco et Rose âgés de cinq à sept ans . En tant que parents de certains, nous écoutions avec délectation les propos échangés entre eux, au sujet de la mort, figure, à la fois, proche et lointaine. 

A l’époque,  nous avions eu le désir de les emmener courir entre les tombes d’un cimetière belge et d’un cimetière bruxellois afin de favoriser l’émergence d’une parole qui évoquerait leurs questionnements existentiels. 

Avec aisance et sans difficulté, ils s’emparèrent alors de ces lieux sacrés en les transformant en terrains de jeu profanes:

Les objets funéraires devinrent sources d’intrigue. Les rois mages, les pots cassés furent remis droits et les épitaphes se transformèrent en livres d’apprentissage de lecture. Ils firent de ce décorum, le théâtre de leur questionnement ; entre deux déplacements de bouquets de fleurs en plastique, nous avons capté un flux gracile et joyeux évoquant une mythologie fantasmagorique.  « Attendez une minute, on ne sait pas où est Dieu »est la trace sonore restituant cette aventure. 

 

Aujourd’hui, les chérubins se sont métamorphosés en adolescents de 12 à 16 ans. Certaines voix ont mué, d’autres se sont affermies. Les mythes de leur enfance sont devenus un drôle de conte de fées dont ils espèrent qu’il deviendra  réalité . L’idée qu’ils se font de l’amour occupe une place centrale dans les discussions entre collégiens et lycéens. Le miroir, le maquillage, les sms sont les compagnons indispensables; ils appréhendent le regard du groupe et écoutent en boucle « Fauves » ou « Stromae » dans lesquels ils se retrouvent. 

 

Ainsi, huit ans après le premier documentaire, "attendez une minute on ne sait pas où est Dieu", nous en avons conçu un autre où de la mort, nous sommes passés à l’amour. À travers une discussion à bâtons rompus, ils tentent généreusement de répondre aux questions posées, tout en préservant le secret. La parole est plus hésitante, rétive ; elle s’emberlificote à travers l’écheveau de la gêne ; les rires font place aux gloussements pudiques mais leur engagement persiste. C’est d’ailleurs pourquoi, ils ont accepté de devenir les preneurs de son de moments entre copains ou entre eux. Leurs confidences sont entrecoupées de témoignages de certains adultes : Binta et Tracy, jeunes surveillantes du collège témoignent comme étant les confidentes des potins durant la récréation et Mme Bronchard, professeur d’anglais, raconte les gestes des premiers émois amoureux dont elle est témoin au sein de sa classe… Dis-moi quel enfant tu es, je te dirais quel adulte tu seras … Et si dans quelques années, nous retrouvions ces jeunes adultes pour évoquer le monde du travail et ce qu’ils en attendent ?

 

Pour écouter l'émission, c'est ici :

https://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks-14-15/amours-34-une-adolescence-amoureuse



07/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres